Traversée #3 : en toute humanité

Un jour, je suis passée devant un mendiant et je ne lui ai pas donné d’argent. Je venais de donner deux euros à un chanteur quelques mètres plus loin. Je l’avais trouvé très talentueux. Je me suis dit que cette pièce allait faire partie des nombreuses autres qui allaient lui permettre de lancer sa carrière. Je me suis sentie utile. T’es une belle personne ma vieille. Il ne suffisait en réalité que d’un geste pour devenir une grande mécène.

C’est donc sans culpabilité que j’ai gardé mon porte-monnaie fermé quand j’ai croisé une seconde personne faisant l’aumône. Le mec était pourtant allongé ventre contre le sol, sans chaussures, les pieds noirs bouffés par la crasse d’avoir avalé trop de kilomètres dehors. Un autre mendiant, qui n’avait pas plus fière allure que celui que je viens de décrire, s’est arrêté devant lui et, sans hésiter, lui a offert l’intégralité de son petit gobelet rempli de pièces. Il lui a aussi tapé sur l’épaule.

J’ai trouvé cela beau, tout en me disant que j’étais la dernière des raclures. Je n’ai pas rouvert mon porte-monnaie pour autant.

En parlant d’ordure…

Un jour, j’ai décidé de réduire mes déchets. J’ai donc visionné un trop grand nombre de vidéos sur Youtube, celles qui te montrent des familles de vingt-cinq personnes qui font tenir dix ans de rebus dans un petit pot en verre. Ça m’a donné envie de faire pareil, même si ça semblait trop performatif pour être vrai.

Je suis allée dans un magasin spécialisé dans le zéro-déchet, car c’est bien connu, pour moins jeter, il faut d’abord acheter. J’ai vu un composteur à 150 euros. Ça m’a donné envie. Je me suis rappelée mon passé de prolo (et quand t’es prolo, t’es bricolo), je suis retournée sur Youtube et visionné trois tutos pour en construire un moi-même. Pour ce faire, j’ai dû commander deux produits qui provenaient de très très loin. Qui dit écolo, ne dit pas forcément maline. Celui de la vidéo était mignon comme pas possible. Le mien ressemblait à une boîte faite par une gamine de troisième section de maternelle. Balek. Ça restera comme ça. Il s’est rempli en deux semaines. Fallait en refaire un. J’ai lâché l’affaire.

Je me suis dit que j’en achèterai un tout beau plus tard. Je ne l’ai jamais fait. En attendant, je m’étais promis de me tourner vers le vrac. J’ai vu les prix, ça m’a coupé l’envie. Dans ces petites épiceries bio où tout est à 100 balles le kilo, ça pue un peu trop la morale. Je ne me suis pas sentie légitime. Je me suis barrée.

En parlant de fuite…

Un jour, j’ai fait la leçon à mon mec parce qu’il voulait décider de trop de choses pour nous deux. Je suis partie dans une jolie logorrhée sur la domination systémique et le patriarcat. J’ai dénoncé, éructé, pointé du doigt. Booooooouh je te vois macho in disguise ! Il a proposé qu’on trouve des solutions qui nous conviennent à tous les deux. Je me suis rendue compte que les seules que j’acceptais étaient les miennes.

Et que mes beaux discours m’avaient aussi peut-être un peu trop enfumée. Il n’était pas dupe. Moi non plus. Mais il était poli, alors il n’a pas pointé mon hypocrisie. Comme j’étais lâche, je n’ai rien dit non plus. Au final, on n’a rien décidé.

En parlant de problème…

Un jour, j’ai voulu écrire une chronique pour dénoncer l’hypocrisie qui sommeille en chacun d’entre nous. Ça me semblait très hypocrite de ne pas commencer par moi-même. Je me suis quand même dit que j’allais essayé de trouver des arguments à la fin pour montrer que je n’étais pas totalement une connasse. Que ce n’était entièrement ma faute. Le système, tout ça. Ce n’est pas que j’en ai pas trouvés : en général t’as jamais de mal à te mentir pour te rassurer. C’est juste que ce n’était pas le problème. Parce qu’en attendant que ça se règle (le système, tout ça), il est peut-être question de responsabilité individuelle. Le genre d’expressions qui te donnent envie de te moucher dedans. Ça ne fait bander personne de devoir être responsable. Et en plus, tout seul. Collective, ça sous-entend tout le monde, mais quand tu n’arrives même pas à commencer toi-même, la tâche semble assez ardue. Alors je me suis dit que le mieux, c’était peut-être juste de redevenir un être humain décent. Je ne fais pas de soucis, je suis sûre qu’il y a un tuto YouTube pour ça.