Jungle #12 : ambitions XXL

J’ai vu pas de mal de vidéos, articles, livres, Ted Talks… sur le pouvoir qui sommeille en chacun de nous : celui de devenir extraordinaire.

Parce que c’est pas assez compliqué de juste vivre.
A priori, faudrait aussi (et surtout) briller.

En y réfléchissant un peu, je me suis dit que ça préparait plus les gens à l’échec qu’au succès faramineux qu’on leur promettait.

Déjà, c’est mathématique, si tout le monde est extraordinaire, ça veut dire, qu’en vrai de vrai, personne ne l’est.

Le concept sous-entend aussi une sorte de hiérarchie.
Extra, ya pas à chier, c’est plus bandant.

A priori, ya une bonne nouvelle.
Même si c’est extra (et donc, par logique, réservé une petite poignée d’élus), on peut, nous les gueux de la life, craquer le système.

Selon les pros de l’extra, il suffit de croire en soi.

(Ceci est une parenthèse pour offrir une minute de pause aux lecteurs et lectrices, évidemment émerveillé-e-s par une réflexion si poussée).

Croire en soi-même.
C’est vrai que c’est un excellent début.
Peut-être pas une fin en soi.

Ça sent très fort la rhétorique faussement cool pour faire perdre ça.
Celle qui fait peser le poids entier de la réussite (et donc de l’échec) sur la seule volonté de l’individu.

Sauf qu’en fait, ça peut pas marcher aussi facilement.
Parce que la vie d’un individu reste (malheureusement) davantage influencée par le système qui l’entoure (et dont il fait partie) que par sa propre volonté.

Et surtout (détail le plus dérangeant), ça veut dire qu’avoir une vie ordinaire, c’est de la merde.

Et qu’on doit avant tout être au-dessus de la mêlée, de la populace, meilleur que les autres, toujours plus haut, vers l’infini et l’au-delà.

Comme Buzz.

C’est comme si on avait remplacé la monarchie de droit divin par la hiérarchie de la divine connerie.

Parce qu’un jour, l’extraordinaire deviendra le nouveau ordinaire.
Et qu’on devra se taper des vidéos, livres, Ted Talks, sur comment devenir extra-extraordinaire.

Pas comme tous ces beaufs là…
Qui sont juste extraordinaires.